Retours sur les journes de prsentation de la stratgie eau drme, saurons-nous tre sage ?


En savoir +

Comment agir ?

Je suis une collectivité

Quelques exemples à suivre sur le bassin versant

Livron-sur-Drôme

Livron est une commune soucieuse de son impact environnemental tant sur la qualité de l’eau que sur les quantités d’eau consommées. Pour limiter les gaspillages et les rejets de produits polluants dans le milieu, elle a adopté une démarche durable :

À travers :

  • La mise en place d’un système de vannes de sectorisation sur le réseau de distribution d’eau potable de la commune...
    Qui permet, entre autres, de : localiser précisément les fuites et améliorer la rapidité d’intervention pour les réparer, minimiser l’impact des coupures d’eau en cas de travaux sur le réseau et programmer de façon pluriannuelle le remplacement des réseaux trop usés ;
  • La création d’une nouvelle station d’épuration...
    avec un traitement innovant qui consiste à sécher la matière en granulés inodores que l’on peut étendre sur les vergers. Cela évite les désagréments et les pollutions de l’épandage ; Station d'épuration de Livron-Sur-DrômeLa station d'épuration de Livron-Sur-Drôme
  • Le contrôle de toutes les installations d’assainissement autonome...
    des nouvelles constructions pour voir si elles sont bien aux normes actuelles. Lors d’une revente, les contrôles sont également faits et peuvent aboutir au changement de l’installation si nécessaire. Aussi, le contenu des fosses septiques est redirigé vers la station d’épuration lors des vidanges ;
  • Le remplacement des réseaux unitaires par des réseaux séparatifs ;
  • La suppression des conduites en plomb.
    Un travail énorme et couteux est effectué par la commune pour éradiquer la présence des tuyaux de plomb (800 sur la commune) ;
  • L’entretien des réseaux.
    Un grand chantier de rénovation des voies de Livron a été entrepris avec la transformation de l’avenue des Cévennes. Après auscultation des réseaux collectifs, il s’est révélé que ceux-ci sont faits de façon illogique et qu’ils sont usés. Tout va être refait dans les normes actuelles ;
  • L’utilisation de l’outil SIG...
    Pour un meilleur suivi des réseaux.

Cela fait 3 ans que le pôle environnement qui gère les espaces verts n’utilise plus aucun pesticide chimique. Par exemple, les ravageurs des végétaux sont maitrisés avec des auxiliaires comme les nématodes contre les vers blancs et limaces, les pièges à phéromones pour la lutte de la mineuse du marronnier, etc.

Toutes les surfaces enherbées, jardinières, stades et massifs floraux sont nourris avec des engrais organiques issus de farine de plumes, de pulpes d’olives, de vinasse de betteraves et de phosphates naturels. Tous les arrosages sont intégrés et gérés par des programmateurs. Là où ils sont nécessaires, des paillages sont réalisés avec des paillis naturels (copeaux de bois, chanvre, graviers et sablettes).

Les désherbages sont majoritairement manuels, ou très contrôlés : orientés, dirigés en local sur les adventices et appliqués par des hommes à pied avec des pulvérisateurs à dos (très faible consommation de produit en comparaison des surfaces à traiter et uniquement des désherbants non rémanents.

La tonte des grands espaces est réalisée au mulching. C'est-à-dire que l’herbe est coupée en très petit morceaux par des lames spéciales, elle n’est pas ramassée et sa décomposition apporte un engrais vert au sol.

Peu à peu de nouveaux efforts sont faits : cette année ils ont favorisé l’implantation de plantes vivaces.

Pour avoir davantage de renseignements sur ce retour d’expérience :


Ecrire au service technique de Livron-sur-Drôme