Appel à prestation pour la réalisation et la cession de droits de films pour la révision du sage drôme


En savoir +

Les actions

Entretenir et valoriser les cours d'eau

Intervenir

Pourquoi intervenir ?

  • Pour permettre une régénération de la forêt alluviale et une amélioration de la biodiversité.
    En effet, il est nécessaire de traiter la végétation vieillissante et broussailleuse afin que les jeunes sujets puissent se développer et permettre à la forêt de se régénérer. Ces travaux d’entretien favorisent également une diversité et une réouverture des milieux et des habitats naturels favorables à un développement et à une diversification de la flore et de la faune, terrestre et aquatique
  • Pour assurer une mise en valeur paysagère des cours d’eau.
    Les cours d’eau sont des éléments essentiels dans la structuration du paysage, que ce soit sur des espaces naturels, agricoles ou sur des espaces plus urbanisés. Le bon état visuel et biologique des cours d’eau contribue donc à une amélioration de la qualité paysagère des fonds de vallée et des zones urbanisées permettant ainsi une amélioration du cadre de vie.
  • Pour restaurer le libre écoulement des eaux.
    En effet, les arbres tombés dans la rivière peuvent empêcher l’écoulement et risquent de provoquer des inondations par un relèvement de la lame d’eau ou par une rupture brutale du barrage. Une attention particulière doit être portée à l’amont des ouvrages d’art (pont par exemple).
  • Pour assurer la stabilité des berges et des digues.
    En effet, les arbres morts ou déstabilisés en bordure de cours d’eau risquent, en tombant dans le lit de la rivière, non seulement de créer une gêne pour l’écoulement, mais également d’emporter avec eux dans leur chute un morceau de berge ou de digue, créant ainsi une anse d’érosion.
Rif de Miscon avant restaurationRif de Miscon avant restauration

Comment intervenir ?

L’intensité des opérations d’entretien doit être adaptée aux enjeux présents sur le tronçon de cours d’eau concerné et aux objectifs de gestion définis sur celui-ci.

Ainsi, sur un petit cours d’eau de tête de bassin où les enjeux sont essentiellement naturels et piscicoles, l’entretien devra être très léger afin de simplement limiter le risque d’apparition de désordres et ouvrir le milieu sans perturber le fonctionnement naturel.

A contrario, l’entretien de digues déstabilisées dans la traversée d’une agglomération devra être beaucoup plus intensif et régulier.

Principales opérations d’entretien : 

  • Abattage sélectif de la végétation sur les berges et dans le lit.
    Une végétation excessive et vieillissante perturbe les écoulements et accentue les risques d’inondation et d’érosion. A l’inverse, une végétation entretenue et adaptée stabilise les berges, améliore la capacité d’écoulement des eaux, favorise la diversité des milieux et des habitats et assure un ombrage équilibré pour le milieu aquatique. Les opérations d’abattage consistent donc à éliminer les arbres morts déstabilisés ou en mauvais état sanitaire au bord du cours d’eau, mais aussi des espèces mal adaptées (conifères, peupliers d’Italie, etc.). Les arbres ne sont pas dessouchés afin de permettre une reprise de la végétation à partir de la souche (cépée) et de ne pas déstabiliser la berge. Il ne s’agit pas de coupe à blanc car celle-ci entraînerait une explosion de la végétation sur les berges et dans le lit et modifierait le milieu aquatique (augmentation de la température) de façon néfaste pour la faune et la flore.
  • Elagage et coupe des branches basses.
    Les branches basses au dessus du lit du cours d’eau favorisent l’accumulation de bois morts, entraînant la formation d’embâcles.
  • Débroussaillage des berges et du lit.
    Ce travail permet, d’une part, aux jeunes sujets arbustifs de se développer et, d’autre part, de restaurer les capacités d’écoulement de la rivière lorsque celle-ci se retrouve envahie par les broussailles. Il est à noter que sur certains secteurs peu risqués, les broussailles peuvent être conservées car elles diminuent la vitesse d’écoulement et donc les risques d’inondation à l’aval. Sur d’autres secteurs, l’élimination des broussailles permet une valorisation paysagère (traversée d’agglomération) ou facilite le cheminement sur les berges.
  • Enlèvement sélectif des embâcles à l’intérieur du lit.
    Les embâcles sont traités sélectivement ; seuls les embâcles constituant une réelle gêne pour l’écoulement (et en fonction des enjeux présents sur le tronçon) sont évacués. Les embâcles ne représentant pas de gêne au niveau hydraulique sont conservés pour leur rôle important au niveau de la biodiversité.
Rif de Miscon après restaurationRif de Miscon après restauration

Ce Plan Pluriannuel d’Entretien fait l’objet d’une Déclaration d’Intérêt Général et est mis en œuvre depuis 2007 par le SMRD. S’achevant en 2013, le SMRD travaille à l’élaboration d’un nouveau programme à l’horizon 2014 ou 2015.